▷ Le dernier plan cul de Laure, 21 ans à Paris - Unplancul.com

Le dernier plan cul de Laure, 21 ans à Paris

Salut, je m’appelle Laure, j’ai 21 ans et j’habite à Asnières. Mon dernier plan cul s’est déroulé l’été dernier. Je travaillais alors dans ma société actuelle en tant qu’assistante. J’avais une collègue, Carole, de trois années plus vielle que moi avec qui je m’entendais vraiment très bien. Bien que j’étais à ce moment là en couple (plus maintenant), j’allais régulièrement avec elle soit au restaurant ou au spectacle. Cela fait du bien de changer un peu d’environnement, de se distraire entre amies. Ce soir là, nous sommes allés au restaurant puis au cinéma, voir «Les 4 Fantastiques ». Le film nous a bien plut. A l’issue de la séance, j’ai repris ma voiture et l’ai ramenée chez elle. Nous avons discuté du film pendant le trajet. Elle m’a proposé de boire quelque chose avant de rentrer. J’ai accepté, j’avais passé une super soirée et je n’avais pas trop envie qu’elle se termine. Nous sommes montées à son appartement. Elle vivait seule dans un T2, gentiment aménagé. Elle m’a fait entrer et je me suis assise sur le canapé. Elle a ouvert une bouteille de champagne et nous avons discuté de tout et de rien en buvant nos verres. Nous étions assises l’une à côté de l’autre. Carole portait une robe relativement moulante lui arrivant à mi-cuisses. Je la regardais, elle était belle, très fine, 1m75 environ, brune, une poitrine peu importante mais de très longues jambes. J’étais vêtue d’une jupe longue avec un pull assez ample et me mit à penser que je n’étais pas aussi belle qu’elle. Plus petite, je ne fais qu’un mètre soixante, j’ai des hanches plus larges que les siennes et une poitrine plus importante. Elle posa son verre sur la table basse de salon et sa jambe gauche toucha mon genou. Cela me provoqua des frissons et mon cœur se mit à battre un peu plus fort. Je n’ai pas bougé, peut-être même ais-je accentué un peu le contact. Elle me regarda et sourit. – Veux-tu que je te resserve un peu de champagne ? – Avec plaisir lui répondis-je. Je lui tendais mon verre, qu’elle prit et nos mains s’effleurèrent. Elle remplit mon verre, me le redonna et de ce fait s’approchai un peu plus de moi. Lorsque ma main se referma sur le verre, touchant la sienne, elle ne lâcha pas le verre. Elle me regardait droit dans les yeux, et me souriait. Elle approcha son visage du mien. Je ne bougeais pas. Ses lèvres vinrent se poser délicatement sur les miennes. Je les entrouvris. Dans le même temps sa main droite prit le verre et le posa sur la table, son bras gauche passa derrière mon dos, puis sa main droite revint se poser sur mon genou gauche. Je me laissais faire, envoûtée. Elle me poussa un peu de manière à ce que mon dos repose contre le dossier du canapé. Nos langues étaient maintenant complètement entremêlées, enroulées l’une contre l’autre. Je passais ma main dans ses cheveux, appuyant un peu plus son visage contre le mien, tellement j’avais envie que ce baiser dure une éternité. Nous étions enlacées. Sa main releva ma jupe et caressa ma cuisse au travers de mon collant, cela me procurait d’adorables frissons. Je lui caressais le dos et ma main se hasarda jusqu’à ses fesses, je constatais alors qu’elle portait un string tout comme moi. Sa main remonta jusqu’à mon entrejambes et se mit à me caresser. J’écartais alors complètement mes cuisses. Elle me retira mon pull, dégrafa mon soutien gorge, et d’une main me caressait le sein gauche, de sa bouche me caressait le droit et de son autre main mon sexe. Que c’était bon ! J’ai alors baissé la fermeture éclair de sa robe et la lui ai retirée. Elle était en string noir et en dim-up, pas de soutien gorge, elle n’en avait pas besoin. Elle retira ma jupe, mes collants et fit glisser mon string, j’étais nue et heureuse de l’être. Je lui ai ôté son string à mon tour. Son sexe était aussi rasé que le mien. Nos doigts caressèrent nos sexes respectifs, le sien était doux et humide. Son doigt allait de mon sexe à mon anus s’attardant plus de manière aléatoire sur l’un ou l’autre. Puis ils se hasardèrent à y entrer d’abord dans mon sexe puis dans mon anus puis les deux en même temps accompagné d’un lent mouvement de va-et-vient. Instinctivement je lui appliquai les mêmes caresses. C’était sublime. Elle se retourna et nos bouches prirent alors le relais. Je n’avais jamais caressé un sexe avec ma bouche encore moins un sexe féminin, mais prise dans ce tourbillon d’érotisme, je me laissais aller allant même jusqu’à lui caresser de cette manière l’anus. Cela dura un long moment, puis nous reprîmes nos caresses manuelles jusqu’à une prise de plaisir énorme, intense. Nous sommes restées longuement l’une contre l’autre à nous appliquer de légères caresses sur nos corps respectifs. Je suis rentrée chez moi heureuse et comblée. Pour contacter Laure à propos de son plan cul, cliquez ici. Dès le lendemain, nous prenions plaisir à nous retrouver au bureau. Nous faisions preuve de beaucoup d’attention l’une envers l’autre. Nos mains se touchaient, nos corps se frôlaient, une main qui traînait sur l’épaule de l’autre ou sur une hanche … Nous avons été jusqu’à des petits bisous (et même des gros) dans le bureau (porte fermée) et même des caresses dans les toilettes. C’était comme si nous nous retrouvions dans notre adolescence. Nous avons refait l’amour ensemble une bonne dizaine de fois, mais je crois que nous n’avons jamais retrouvé ce plaisir, cette ivresse de la première fois. Pour contacter Laure à propos de son plan cul, cliquez ici.

Le dernier plan cul de Laure, 21 ans à Paris
4.9 (98%) 144 votes
 

Laisser un commentaire